06 32 04 51 29

À la Mam des petits pieds 

Une adaptation toute en douceur

Votre enfant rejoint notre Mam ? Ce sera pour lui une nouvelle expérience qui apportera bien des changements dans son quotidien. Il passera d’un endroit sécurisant (sa maison), à un milieu inconnu. Il devra aussi s’habituer à ce que d’autres personnes que vous prennent soin de lui en plus d’apprendre à vivre avec d’autres enfants. C’est peut être aussi sa première séparation avec vous, c’est un moment délicat qu’il faut donc appréhender en douceur !

 Cette période d’adaptation est déterminante pour le bien-être de votre enfant . A la MAM des petits pieds, nous avons donc choisi de proposer une adaptation modulable, qui s’adapte à l’enfant, ses craintes, ses réactions, ses émotions (celle-ci dure généralement de deux à quatre semaines selon son âge et son tempérament). Cette période peut aussi être rallongée si besoin, tout en s’organisant selon vos possibilités. Par contre, cette période n’est pas raccourcie . Certains enfants peuvent très bien réagir au début, et finalement avoir des craintes lorsque tout s’accélère. La réussite d’une bonne intégration s’appuie sur une séparation progressive et une connaissance mutuelle.

Cette période, qui doit être assez longue commence souvent à la Mam des petits pieds bien avant la naissance de l’enfant. Nous proposons en effet aux mamans enceintes de revenir à loisir nous voir, afin qu’un lien se tisse avant même la naissance du bébé. Puis lorsque bébé arrive c’est avec joie que nous l’accueillons pour des visites bien avant son adaptation, facilitant ainsi pour les uns et les autres l’arrivée du grand moment : La séparation.

Les étapes d’adaptation

Chaque enfant étant unique, et avec un âge différent,  les manières de réagir pendant la période d’adaptation varient. On peut en général néanmoins observer quatre étapes :

La découverte de la nouveauté

Au début, ils sont fascinés par ce nouvel environnement stimulant, plein de jouets et d’autres enfants. Ils peuvent même être excités à leur arrivée le matin et ne pas trop réagir lorsque leurs parents partent.

Le choc de la réalité

Après environ une semaine, l’attrait de la nouveauté disparaît. Les enfants constatent qu’ils vont revenir tous les jours. Ils réagissent parfois fortement (pleurs, opposition…) Le choc de la réalité dure d’une à deux semaines.

La peur de l’abandon

Après le choc de la réalité, les enfants se demandent si leurs parents vont revenir. Certains peuvent pleurer lorsqu’ils voient leurs parents partir. Ils peuvent ressentir de l’insécurité et sembler tristes. D’autres refusent de dormir, manger, peuvent même régresser (ex. : ils redemandent la sucette). Cette étape peut durer d’une à trois semaines.

L’acceptation

Les tout-petits développent un lien d’attachement avec leur assistant maternel. Ils sont enfin en confiance avec lui/elle. Ils peuvent maintenant participer avec entrain aux jeux et interagir avec les autres enfants. L’adaptation est terminée.

PLANNING TYPE D’ADAPTATION

Durant la première semaine, l’enfant et un de ses parents viennent une fois par jour, à cinq moments différents :

–  le premier jour pour un temps d’entretien, de découverte, d’une ou deux heures. Dans un premier temps tous les assistants maternels se présenteront à vous et à votre enfant. Puis votre assistant maternel référent vous présentera les locaux dans leur intégralité en présence de votre enfant. C’est vous qui lui prodiguerez les soins d’hygiène, boisson, repas  si nécessaire. L’assistant maternel n’a pas de contact physique avec l’enfant, sauf si l’enfant vient de lui même vers il/elle ou cherche par ses moyens à lui de rentrer en contact (regards insistants, babillages, gestes…).

– une seconde petite journée (par ex 9h/12h), toujours en votre présence pour un temps d’échange indispensable pendant que l’enfant joue à côté, de manière à faire connaissance et en apprendre le plus possible sur vos attentes et sur les besoins de votre enfant autour du questionnaire d’accueil qui brosse les différents aspects de la vie de l’enfant qui vous avait été remis. Possibilité de laisser l’enfant seul pendant une 1/2 heure si tout se passe bien, pas de soins de la part de l’assistante maternelle, mais contact physique par le jeu.

– le troisième jour pour prendre un repas, donné par le parent (l’assistant maternel interviendra seul alors seulement sur les changes et le jeu, toujours en votre présence pour un repère rassurant pour votre enfant).

– le quatrième jour pour faire la sieste, cela nous permet de voir vos rituels d’endormissement afin de les reproduire ou de trouver ensemble une alternative.

– le cinquième jour pour le goûter suivi d’un moment de jeux, vous laisserez alors l’assistant maternel prendre en charge votre enfant et vous pouvez même tenter de le laisser pour 1 à 2h, en restant disponible immédiatement car si votre enfant a besoin de vous nous vous demanderons alors de venir le chercher.

Des la deuxième semaine, l’enfant seul est présent pour tout d’abord de très courtes journées,  qui sont rallongées si l’enfant semble rassuré. Son assistant maternel référent l’accueillera seul, puis progressivement les autres assistants maternels partageront des moments de jeux, de lecture…. avec l’enfant lorsqu’il se sentira prêt.

QUELQUES STRATEGIES POUR UNE BONNE ADAPTATION

– Prendre le temps nécessaire (Idéalement, il faut prévoir minimum deux semaines d’intégration pour mettre toutes les chances de son côté).

– Éviter les périodes délicates autant que possible comme la période de séparation, moment ou l’intégration à tout nouveau groupe peut être très stressant.

– Préserver les routines, Les rituels d’arrivée et de départ méritent une grande attention. Evitez de partir à la mam dans la précipitation. Prenez le temps nécessaire pour votre préparation le matin, de façon à vous consacrer essentiellement à votre enfant avant le départ. Ne faites pas durer non plus les adieux ! En le quittant, prenez l’habitude de lui dire à tout à l’heure, ne jamais partir sans avoir informé votre enfant de votre départ.

– Faire confiance, Une adaptation réussie passe par un lien d’attachement avec l’assistant maternel et une relation de confiance entre les parents et ce dernier (Si un parent est inquiet en déposant son enfant le matin, celui-ci le sentira). Ce temps d’adaptation est prévu également pour les parents, pour que ce trio (parents/bebe/ assistant maternel) aient le temps d’échanger et d’établir une relation de confiance pour mettre en place un cadre sécurisant où l’enfant trouvera sa place.

– Miser sur les objets de réconfort,  comme Le «doudou magique» ou par exemple un doux chandail portant l’ odeur de maman ou papa….

– Acceptez l’idée que les séparations sont utiles. Pendant quelques mois, vous avez vécu  « collé-serré » avec bébé. A présent, vous devez reprendre votre travail au quotidien et vivre séparée de lui chaque jour. Accepter que bebe fasse ses premiers pas dans la vie sociale et collective, tisse d’autres liens, mène sa petite vie en votre absence n’est pas toujours facile à vivre.

– Anticipez ! Pendant les vacances, confiez-le une demi-journée ou une journée à ses grands-parents ou à des amis qu’il connaît bien. Evitez de rentrer de vacances à la dernière minute : il a besoin de retrouver ses repères avant de découvrir un nouvel univers.

– Respectez les horaires. Surtout Durant la période d’adaptation, l’ensemble du personnel a fait en sorte de prendre le temps de vous accueillir avec votre tout-petit. Veillez à respecter les horaires de l’équipe et, notamment le soir, soyez à l’heure pour récupérer votre enfant.

– Evitez la vision idyllique de la MAM. Votre enfant va devoir apprendre à attendre son tour, à ne plus être la priorité absolue, il va peut-être se faire mordre par un petit copain… Bien sûr, c’est un environnement très sécurisé, encadré par des professionnels, mais, comme à la maison, il peut aussi y connaître quelques difficultés ! Mieux vaut le savoir, sinon on peut être très déçu, et l’intégration risque de s’en ressentir…

– L’importance d’une transparence équipe/parents. Le dialogue avec les parents est primordial (Nous ne cachons pas par exemple les éventuelles difficultés), en effet, certains enfants peuvent avoir du mal avec les nouveaux visages, avec un cadre différent…